Accroître les opportunités pour les membres handicapés

Accroître les opportunités pour les membres handicapés

Accroître les opportunités pour les membres handicapés

De nombreux membres et responsables d’églises font l’erreur de supposer qu’aucun membre handicapé ne fréquente leur église. Or dans le monde, environ un milliard de personnes vivent avec un handicap, dont la dépression est la plus fréquente. Donc, statistiquement, il est presque certain que plusieurs personnes handicapées fréquentent une église. Comme le dit Charlotte Thoms, coordinatrice du Ministère des Besoins Spécifiques pour la Division nord-américaine (NAD), la Bible dit que nous faisons tous partie du corps de Dieu et que nous sommes appelés à nous tourner vers chaque membre. Il est donc de notre devoir de soutenir et de ne pas tourner le dos à la communauté des handicapés.

Larry Evans, adjoint du responsable du Ministère des Besoins Spécifiques à la Conférence générale, est d’accord et explique pourquoi il est important d’atteindre la communauté des handicapés.

Il est impossible que Jésus revienne alors que les personnes auxquelles il a consacré tant de temps dans son ministère sont négligées“, dit-il à propos de l’absence de ministère pour les personnes handicapées.

Charlotte Thoms souligne que plus des trois quarts des miracles de Jésus sur terre ont impliqué des personnes handicapées. Ces personnes sont présentes dans l’église d’aujourd’hui, et même si nous ne sommes pas en mesure de les guérir, elles méritent d’être traitées avec le même amour et la même patience que Jésus leur a montrés.

Que peut donc faire l’Eglise pour encourager la participation et le leadership des personnes handicapées ? Voici plusieurs conseils utiles compilés à partir de conversations avec Larry Evans, Charlotte Thoms et Fawn Scherencel.

 

Accepter le changement

Evans et Thoms pensent qu’un véritable désir de changement est la première étape pour être plus inclusif avec les personnes handicapées. M. Evans a déclaré qu’il est convaincu que chaque église a des membres compatissants qui peuvent jouer un rôle dans l’inclusion de frères et sœurs handicapés. Mme Thoms a déclaré qu’elle pense que de nombreuses personnes ont tendance à être réticentes à l’idée d’inclure les personnes handicapées parce qu’elles craignent de dire ou de faire quelque chose considéré comme offensant pour la communauté des handicapés. Dans le même temps, Fawn Scherencel, amputée congénitale et directrice de l’Académie adventiste de Hinsdale, dans l’Illinois, déclare qu’elle apprécie ceux qui s’approchent d’elle avec des intentions sincères.

Je préfère de loin que quelqu’un me pose une question sincère et franche sur mon handicap plutôt que d’avoir simplement peur de la poser“, dit-elle.

Une fois ces craintes dissipées, les membres peuvent commencer à mieux comprendre cette communauté et sa culture. Larry Evans souligne l’importance de comprendre la culture avant de faire des changements. Il estime qu’il est totalement inutile d’essayer de travailler avec quelqu’un sans le comprendre.

 

Voir les possibilités

Il est important de se rappeler que les personnes handicapées ont leurs propres passions, intérêts et personnalités uniques et qu’elles doivent être traitées comme telles.

Les églises peuvent essayer de contrecarrer cette stigmatisation en établissant un sentiment d’identité et un but qui va bien au-delà de leur handicap. Selon M. Evans, le fait de donner aux personnes un rôle réel dans la direction de l’église pour promouvoir la communion peut aider à établir leur sens de l’objectif dans l’église locale.

Une autre tendance des personnes qui participent aux ministères du handicap est de s’inquiéter de devoir travailler pour la personne handicapée. M. Evans explique que cela peut être condescendant, car cela implique que quelqu’un doit faire tout le travail à leur place. Les membres devraient plutôt se réjouir de travailler avec la communauté des handicapés.

Il dit qu’il est important d’apprendre à voir les capacités des gens avant leur handicap. C’est quelque chose qui vous aidera à construire la communauté tout en renforçant votre compréhension.

 

Créer un plan d’action

Agir est l’une des étapes de la “stratégie des 3A” d’Evans – Approche, Acceptation, Action – pour atteindre les personnes handicapées. En premier lieu, les membres doivent prendre conscience des caractéristiques et des besoins de la communauté des handicapés tout en les acceptant pour la façon dont Dieu les a créés. Une fois que les membres ont fait cela et ont une perception plus claire de la communauté, ils peuvent commencer à créer un plan d’action. Un plan d’action permet d’identifier les personnes handicapées, de répondre à leurs besoins spécifiques et de proposer des plans d’adaptation pour, en fin de compte, leur créer des opportunités.

Qu’il s’agisse d’une personne aveugle qui a besoin d’une Bible en braille ou d’une personne handicapée qui a besoin d’une rampe d’accès à la scène, les membres doivent maintenant être prêts à répondre à ce besoin. Vous pouvez envisager de créer un comité ou de nommer un responsable pour prendre en charge les ministères du handicap.

 

Commencer à la base

N’ayez pas peur si vous avez l’impression que peu de gens sont intéressés ou que vos actions n’ont pas assez d’impact. M. Evans décrit les ministères des possibilités comme un mouvement populaire qui se développe à partir de la base. Selon Thoms, avant même que la Conférence générale ne dispose d’un ministère des handicapés (qui a débuté en 1995), l’église locale était la base de ce mouvement.

Elle encourage les membres à se rappeler que Dieu promet d’être là même s’il n’y en a que deux ou trois. Aucun groupe n’est trop petit ; aucune action n’est trop petite, donc nous devrions nous sentir à l’aise de faire des petits pas.

 

Utiliser ses ressources

Evans reconnaît que même si les ministères du handicap sont un mouvement de base, les Divisions et les fédérations jouent un rôle dans le soutien des conférences et des églises locales. Votre fédération peut vous aider en fournissant des ressources qui ne sont pas disponibles au niveau local. La formation d’interprètes, les ateliers, les manuels d’information et le matériel d’apprentissage virtuel récemment publié en réponse à la pandémie en cours sont autant de ressources qui ne manqueront pas d’aider votre mouvement de base à démarrer.

 

Parmi les ressources utiles pour la communauté des personnes handicapées ou pour les personnes intéressées par les ministères du handicap, on peut citer (en anglais) :

De Joël Guerra
Source : www.adventistworld.org/increasing-opportunities-for-disabled-members
Traduction : Eunice Goi